Le cou: haut-lieu fantasmatique du BDSM

icone-collierParce que j’ai traité du collier, il me semble essentiel de parler de ce qui est en son centre, à savoir le cou/ la nuque.

N’avez-vous jamais constaté à quel point votre Maître caresse, embrasse cet endroit, y laisse nonchalamment la main et à quel point il lui est plaisant de l’orner d’un collier et le cas échéant d’y accrocher une laisse; prolongement de l’emprise qu’il a sur cette partie de votre physique.
Telle l’alliance au doigt de l’épousée, le symbole est très fort, donnant priorité à ce qui est au centre du cercle.

Biologiquement parlant, le cou est l’élément qui permet de relier la tête au corps. (Bien mademoiselle de La Palisse!).
Grossièrement: muscles permettant de bouger et de maintenir la tête, système vasculaire pour l’afflux du sang, système nerveux.

C’est un lieu de vie et de mort. Une main sur la gorge peut tout aussi bien effectuer un effleurement, une pression agréable ou mortelle et cela se voit dans certains jeux lié au contrôle de la respiration.
Quelqu’un qui porte la main à votre gorge détient alors ce pouvoir.

Sa symbolique fait aussi état de la communication de l’âme (tête) avec le terrestre (corps).
Une tribu d’indiens du Brésil considèrerait que le cou est le siège de l’âme animale de l’homme, toute la faune y passe d’ailleurs!
S’agirait-il alors de dompter l’animal en chacun sous cet angle?!

C’est dans la poésie que le cou trouve sa sensualité, sa beauté, et nombre d’écrivains l’ont célébré.
Le cou, c’est la proximité de la gorge désignant en vérité la poitrine et ce que l’on peut y entrevoir comme merveilles.
Sa teinte, l’aspect de la peau, permettent de deviner et imaginer les seins et la demoiselle qui rejette la tête en arrière que ce soit dans une rire ou un soupir, offre ainsi son cou, dans le but de charmer son amant, et c’est comme si elle offrait son buste où se trouve son cœur et donc son corps.

Je sais bien que les choses sont rarement faites au hasard mais l’inconscient veille au grain…
Un geste si simple vers un cou, c’est une prise de pouvoir d’un côté pile, et un abandon du côté face.
Refuser ce geste, quelle que soit l’intention, c’est refuser de s’offrir.

Et voilà comment de petits comportements orientent inexorablement une relation BDSM!

Sources:

Wikipedia,

Le dictionnaire des symboles de J. Chevalier et A. Gheerbrant,

Mes souvenirs poétiques,personnels et mes constatations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *