Le contrat

icone-soumisDans le folklore BDSM, il existe une petite chose que tout à chacun aime à évoquer: le contrat.

C’est un texte manuscrit ou dactylographié qui prend la forme d’un contrat officiel alors qu’en fait, ce genre de contrat n’a aucune valeur devant la loi.

Mais elle en a une pour les individus qui contractent cet accord tacite, définissant le rôle de chacun, les limites à de pas dépasser.

En principe, sont définis le Maître et la Soumise, qui ils sont selon l’état civil et éventuellement leur nom dans l’intimité et c’est leur rôle qui est donc défini: en quoi consistera la tâche du Maître et celle de la Soumise.

Ça peut être plus ou moins précis; je vous conseille de tenter d’être précis.

Ensuite on peut lister toutes les activités qui seront au programme, stipuler ce que devra accepter et ce que n’acceptera pas le Maître et sa Soumise.

Il peut s’agir de détails vestimentaires, d’un accord sur 10 coups de fouet au réveil le matin, ça peut être pour dire que la Soumise devra servir le petit-déjeuner tous les matins, etc…

Très souvent, les gens cherchent des contrats tout faits, à imprimer, et qui n’ont de fait aucune valeur même privée.

Je n’ai donc pas l’intention de vous livrer un contrat pré-rempli.

Un contrat doit s’adapter à ceux qui le signent car, oui, pour donner un aspect officiel, on signe en bas! Que ce soit une croix ou une empreinte digitale ou une signature normale.

N’omettez pas pour rester dans le ton de stipuler ce qui peut mettre fin au contrat et comment. Aux partenaires à jouer le jeu lorsque le glas de la relation sonne.

Inspirez-vous de votre contrat de travail, votre bail ou tout autre contrat si vous souhaitez une forme très stricte.

Allez même jusqu’à voir les contrats de cessation d’animaux si tel est votre cas!

Bref, sachez vous définir pour rédiger au mieux ce petit papier qui peut être un supplément à la relation.

Rédigé généralement par la personne soumise, cela peut se faire à quatre mains ou encore être fait par la personne dominante.

Prenez votre temps, ouvrez les possibilités en renouvelant le contrat lorsqu’il est caduc.

Ce n’est qu’un instrument de complicité, comme un programme plus ou moins détaillé; notant pour mémoire le cheminement.

Après ce laïus, il est aussi important de dire que cela n’a rien d’indispensable.

Je n’ai jamais fait ce genre de contrat, ni par le passé, ni au présent.

Tout ce que j’ai fait c’est remettre à Asdrubael un petit carnet où j’ai simplement écrit les premières règles auxquelles je dois me tenir.

Au fur et à mesure doivent être notées les pratiques désirées et après un tri quelles pratiques seront abordées. C’est encore à écrire, ensemble.

Si pour lui cela lui permettra de mettre des priorités, ce sera pour moi une façon de voir le chemin parcouru, quelque chose qui a trait au souvenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *