Le contrat

ContratEn ce moment, tout le monde surfe un peu sur la vague du BDSM à cause (ou grâce, l’histoire le dira!) de 50 nuances de Grey et ses suites.

Se repose la question du contrat qui peut lier un(e) dominant(e) à un(e) soumis(e).

Il faut savoir que ce type de contrat passé entre deux personnes n’a aucune valeur juridique et vous n’être tenu(e) que moralement, selon votre degré de rigueur ou de fierté à le respecter.

Un contrat fait partie du folklore BDSM et il me semble qu’en donner un à télécharger serait ridicule; soit il en faudrait des milliers, soit je m’exposerais à la honte d’oser imaginer que mon esprit pourrait couvrir tous les cas de figures et je ne me pense pas omnisciente!

 

Ce que je peux dire par contre c’est que par le passé Asdrubael et moi avons partagé un temps un genre de contrat qui a pris la forme d’un carnet que j’ai choisi avec soin. Il avait une couverture noire et légèrement pailletée et à l’intérieur le papier était artisanal et écru.

Chacun en avait pour ainsi dire la garde à tour de rôle le temps d’y inscrire ce qu’il souhaitait.

Ainsi, ce qui était d’un commun accord était écrit sous la bannière de « Nous » et un code couleur basé sur le violet et le noir nous permettait de mettre les choses en relief: j’avais le stylo violet, il avait le stylo noir.

Ainsi, il était marqué que nous nous engagions à la fidélité par exemple ou encore mes buts à poursuivre, les exigences particulières, etc… mais contrairement à un contrat figé dans le temps qui est incompatible avec l’évolution d’une soumise ou d’un soumis, la communication par carnet interposé nous permettait d’évoluer, de noter les envies, les réflexions et de raturer ou encore suivre les progrès.

 

Je suis quelqu’un qui aime beaucoup les carnets et je vous conseillerai si vous utilisez cette méthode de penser aussi à un carnet de punitions par exemple. Ça ne m’est quasiment jamais arrivée car je suis une insoumise devant l’Éternel et j’ai pratiquement toujours esquivé ou argumenté en ma faveur mais aimant écrire, aimant lire, je sais que j’aurai apprécié parcourir un tel carnet ou cahier.

A la place, j’ai un blog!

Enfin, plusieurs même 😉 mais c’est pas le sujet.

Toujours pour les mêmes raisons que citées précédemment, j’ai aimé écrire et vivre les choses même si le contenu le plus personnel a publiquement disparu aujourd’hui et qu’il n’est plus d’actualité mais, je me souviens avoir relu certains billets et parcouru ce blog avec nostalgie.

Mon conseil: offrez un espace d’expression à votre soumis(e), esclave, pet, etc… vous serez supris(e) de ce que vous pourrez lire ou voir et cela donne une dimension particulière à la relation.

Une saveur unique!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *