Le Bondageur, le Dominateur, le Sadique et le Maître

icone-groupeÇa pourrait ressembler à un titre de Western Spaghetti mais, il n’en n’est rien!

Il s’agit simplement des quatre types de personnages sur lesquels peut tomber une soumise.

Chacun a sa particularité et, il est plutôt rare de tomber sur quelqu’un possédant les quatre caractéristiques.

Le Bondageur: aimant à s’amuser et à pratiquer son art, il est possible que il ne vous accorde en réalité aucun crédit si vous êtes à ses côtés en tant que « modèle ». Être un modèle signifie se laisser faire la figure, se laisser admirer, déambuler, poser pour les photos ou la caméra et ensuite se faire enlever le bondage et repartir.

Ainsi il est fort probable que votre pratique avec lui s’arrête à cette simple activité!

Le Dominateur: ce qui lui plaît c’est d’admirer son emprise sur vous. Elle peut être mentale ou physique ainsi il saura se satisfaire d’un mail rédigé sur ordre ou d’une soumise à genoux alors qu’il vient à peine de le demander.

Il aime à constater que sa soumise obéit et en retire une fierté.

Cependant il peut s’en désintéresser si celle-ci n’obéit pas docilement.

Le Dominateur aime à discuter et possède une verve ainsi qu’un style bien particulier, il peut tout à fait rester cérébral.

Le Sadique: en dehors de toute idée protocolaire, il aime à jouer du corps de sa partenaire, qui n’est donc pas obligatoirement sa soumise.

Assouvir son besoin de se mettre en position dominante en infligeant douleurs et tourments.

Découvrir les plaisirs de la vision d’un être torturé entre douleur et excitation, varier les instruments pour varier les sensations.

Il ne peut évidemment s’épanouir qu’en présence d’une masochiste.

Le Maître: il choisit généralement une soumise pour le potentiel qu’elle a et cherchera à la guider dans son sens et celui de ses désirs. Il cherchera ou non à la dominer mais saura avant tout se rendre unique et indispensable aux yeux de sa soumise pour qu’elle n’apprenne que de lui.

Le Maître a la faculté de posséder un individu.

C’est cela qui le motive, avoir une soumise qui lui appartient et qui apprend à le servir à son goût aussi bien concernant la cuisine que les pratiques sexuelles.

Et on retombe sur les mêmes lettres de ce fameux acronyme: B.D.S.M!

Toutes les combinaisons sont donc possibles, un Maître Sadique, un Dominant Bondageur, etc…

Mais la combinaison des 4 à un niveau équivalent dans toutes les disciplines est difficile à trouver quand c’est ce que l’on cherche.

Après ma première expérience, je disais souvent: « Je veux profiter de toutes les lettres qu’offrent le BDSM! », je n’ai pas transigé là-dessus et ai évincé, non sans scrupules, ceux qui n’y correspondaient pas.

  • Le Bondage s’apprend mais, on ne peut pas apprendre l’affinité que l’on a avec cet art.
  • La Domination s’apprend mais, on ne peut pas apprendre l’affinité que l’on a avec cet art.
  • Le Sadisme s’apprend mais, on ne peut pas apprendre l’affinité que l’on a avec cet art.
  • La Maîtrise s’apprend mais, on ne peut pas apprendre l’affinité que l’on a avec cet art.

Oui, je parle « d’art », parce qu’ils en sont lorsque l’on excelle dans ces domaines.

Est-ce que j’ai eue une chance insolente en tombant sur Asdrubael qui joue alternativement ou simultanément sur ces quatre cordes?

C’est ce que je crois du moins et le mélange que cela donne me convient parfaitement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *