La soumise et moi

icone-soumisLa soumise est pour ainsi dire ma congénère mais, je ne m’entends jamais avec.
Il est de notoriété que des femelles entre elles se jaugent, se jugent, se toisent, se provoquent et rentrent dans une compétition visant à déterminer la plus belle, la plus sage, la plus obéissante, etc…

Ce genre de comportement m’ennuie profondément puisqu’il est alors impossible (pour moi) de converser avec une soumise étant donné que je ne souhaite pas rentrer dans son jeu ô combien mature du: « j’ai raison et pas toi ».
Chacune a sa vision des choses, chacune a son maître, sa maîtresse ou personne mais surtout chacune est telle qu’elle peut être, à savoir unique pour la personne qui la domine et donc nécessairement « victorieuse », si elle y tient vraiment.

Ça, c’est mon discours d’aujourd’hui!

Avant d’évoluer, je voyais en effet chaque soumise comme ennemie potentielle dont je me serais volontiers repue après l’avoir sauvagement dépecée.
Cherchant à les dépasser ou les dominer.

Aujourd’hui, je sais que chacune est unique et l’est aux yeux de son maître.

La jalousie n’a pas sa place dans ce type de relation et doit être remplacée par la confiance en soi et en autrui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *