« Frappe-moi » de Mélanie Muller

41-tbSYEPuL._SL160_C’est l’histoire d’une soumise, une de celles qui travaillent, ont un appartement puis rencontrent leur maître qui se met à tout bouleverser.

D’abord elle ne connaît que sa voix, qui l’a conquise et lors de la rencontre, le physique ne compte plus; c’est le maître, celui qui commande et fait jouir, celui qui surprend et frappe.

Il a les clefs de son appartement et si au début cela n’a pas vraiment d’importance, elle finira par ne plus sortir de chez elle pour être disponible et ne jamais le rater.

Entre attente interminable et visites surprises, la soumise ne peut plus travailler; elle est arrêtée pour cause de dépression.

Elle a quand même à cœur de réaliser tous les fantasmes de son maître. Elle essaie de prendre le pouvoir et le surprendre pour son plaisir.

Elle devient double, tierce…

Et puis, elle le veut tout à elle, le séquestre trois jours.

Lui, ils lui fait comprendre qu’il aurait pu se libérer à n’importe quel moment, il a joué le jeu mais elle le veut tellement à elle que l’ultime nuit qu’il lui accorde après deux ans à jouer au chat et à la souris, cette nuit de rupture, elle l’étrangle avec cette ceinture qui l’a tant corrigée.

« Frappe-moi » est un roman de Mélanie Muller, une artiste précise-t’on.

Pour moi, c’est un genre « d’Empire des sens » moderne, dans le cas où l’homme n’aurait pas joué le jeu, ne donnant pas le pouvoir.

« Frappe-moi », c’est ce qui se passe dans la tête des soumises frustrées soit disant contrôlées à qui on n’accorde pas assez d’attention.

Délaissée, la soumise se terre pour ne rater aucune visite. Rupture sociale, rupture avec son emploi et c’est le tourbillon de la dépression qui crée les crises de larmes, les défis, les dédoublements de personnalité.

Toute à chacune, on a forcément pensé l’espace d’un instant: « Abandonne-moi et j’en mourrai » ou encore « Abandonne-moi et je te tue ».

Je ne crois pas qu’il y ait de réalisation de ces fantasmes destructeurs qui soulagent les angoisses et celle que son maître se désintéresse de soi.

Et puis, quand la rupture arrive, on ne meurt pas et on ne tue personne!

On relativise en principe, on peut se détacher d’une emprise, ça ne prend que quelques mois maximum!

J’ai bien aimé ce livre que j’ai lue d’une traite une nuit.

Il va jusqu’au bout, celui qu’on imagine, les extrémités que l’on envisage à intégrer des compagnes de jeux avec dégoût puis avec haine.

je me retrouve tout à fait dans ce personnage féminin, duel et qui défie les convenances, dans cet absolu que je recherche.

Souvent je dis en l’air: « Si tu meurs, si tu m’abandonnes, je t’empaillerais! », le garder près de moi pour toujours.

C’est irréalisable et passablement illégal mais c’est une formule qui dit: « Je t’aime à en faire n’importe quoi, guide-moi! Dis-moi comment te servir et j’en serai heureuse! Je ne vis que pour ça! »

Pour les gens en quête d’absolu ou pour ceux qui se demandent ce que ça signifie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *