Ce qu’il en coûte d’être mon Maître!

b-de-bondlessSi j’ai pu faire état de ce que j’attends de mon idéal dans cet article, je n’ai pas encore spécifié à quel point il pouvait être difficile de me posséder.

Comme toute soumise, j’ai mes particularités, des comportements qui, certes, peuvent être changés mais qui sont à ce jour existants.

  • J’ai besoin d’attention: n’imaginez pas qu’il suffise de me poser dans un coin pour que je reste sage. J’ai besoin qu’on me regarde, qu’on s’occupe de moi, qu’on me parle et pas des discussions anodines, je veux réfléchir et pas seulement progresser dans ma résistance à la douleur ou autre et il faut stimuler autre chose que mon corps; que ce soit m’envoyer un message, me donner un livre à lire, me parler, me proposer une activité ou simplement jeter un œil sur moi, ce sont des choses que je considère comme des attentions. Et s’il n’y en a pas, j’ai besoin de savoir qu’on a quand même pensé à moi!
  • J’aime les câlins: on peut même dire que je suis collante mais j’ai besoin de contact physique! C’est comme l’attention, sans ça, je dépéris. J’ai besoin de toucher autant que d’être touchée et ça peut être des gestes étranges comme porter un intérêt tout particulier à un détail vestimentaires, le toucher, me concentrer dessus ou encore un simple câlin, m’accrocher à un bras ou une jambe. Ça me rassure, et le reste du monde n’existe plus!
  • J’aime mordre: comme le câlin, mordre ou mordiller est une façon d’appréhender et de goûter, de m’assurer et me rassurer de la réalité de la personne parce que je souffre parfois du phénomène de déréalisation. Je m’intéresse particulièrement aux os ou articulations à la mesure de ma mâchoire mais je peux aussi mordre pour me défendre, il faut donc savoir faire la part des choses. Un indice: ça se situe au niveau de la douleur ressentie!
  • J’aime défier: qu’il s’agisse de contredire ou de désobéir, j’ai souvent besoin de tester et retester les limites. J’aurais beau savoir, avoir appris, j’ai la fantaisie de me rebeller. Je teste la force comme la faiblesse et, je peux blesser sans m’en rendre compte. il faut aussi savoir me le dire.
  • J’aime jouer: à n’importe quoi, n’importe comment, ça peut être des jeux de mains comme des jeux vilains, le jeu m’importe peu mais jouer avec moi, c’est aussi s’occuper de moi. Je m’ennuie facilement et si on ne joue pas avec moi, je risque de devenir fort agaçante jusqu’à obtenir ce que je veux ou, du moins, essayer!
  • J’aime admirer: je peux avoir l’air stupide dans ce cas là mais il me prend d’observer en silence, sans bouger. Il ne faut pas avoir peur, je regarde, dans les yeux, une action, je suis du regard. Ça peut durer plus ou moins longtemps, on peut m’interrompre sans problème, je ne dirai rien mais, de temps en temps il faut me laisser faire… En admirant naît l’admiration, en regardant je considère la personne autant d’aspect physique que mental. C’est aussi une façon de prendre du recul.
  • J’aime aimer et redouter: composante importante, c’est le verbe « aimer » dans toute son ampleur qu’il faut considérer mais aussi le sentiment amoureux tout simple. C’est lui qui me mène à bien me comporter, à vouloir faire plaisir. Si on veut tout obtenir de moi, il faut me laisser aimer. Cependant, si on ne me laisse faire que ça, je m’accapare et détruis, alors je dois redouter autant que j’aime et il ne faut pas avoir peur de me heurter ou me blesser, autant physiquement que mentalement… J’ai d’ailleurs plus de résistance que je ne le laisse paraître.

Ce qu’il en coûte d’être mon Maître, celui à qui je mets une majuscule, c’est lui!

C’est un échange équivalent, je me donne pour qu’il se donne.

Ça veut dire faire partie intégrante de sa vie pour que moi j’en fasse le centre de mon univers, la seule personne qui m’intéresse vraiment et pour qui je peux tout, une raison de vivre au lieu de survivre.

Ce que j’ai à offrir en dehors de moi, mon obéissance ou acceptation, mes dons et capacités, mes qualités et mes défauts c’est donc un absolu, aussi immense et prometteur qu’on peut l’imaginer…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *